Roman Jeunesse (+14) : Nous les menteurs . E.Lockhart

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Nathalie Peronny.
(Pôle fiction, Gallimard jeunesse, 2018). 326 pages
A partir de 14 ans

   

A partir de 14 ans.


Roman sur une famille qui se révèle davantage dans ses secrets que dans ses apparences, nous les menteurs ne laisse jamais de répit au lecteur. Emotions vives, faux-semblants, tension grandissante, plongée psychologique dans des esprits troubles, écriture à fleur de peau…ce roman prend au ventre et au cœur. Le destin semble regarder les Sinclair avec bienveillance mais la perfection cache souvent des secrets qu’il vaudrait mieux taire…

Les Sinclair sont des êtres sublimes à qui tout réussit : ils sont beaux, riches, charismatiques et intelligents. Chez eux, il n’y a pas de place pour l’échec, les sujets qui fâchent ou les démonstrations affectives. L’été, ils ont pour habitude de se retrouver sur une île privée au large du Massachusetts. Jetés dans une lumière surexposée aussi brillante qu’eux, ils sont magnifiques et respirent le bonheur.
Cadence, Mirren, Johnny et Gat sont les petits enfants de la famille. A l’âge des possibles, ils sont la vitalité, la curiosité et la beauté. Même si le reste de l’année, les liens qui les unissent s’effilochent pour disparaître totalement jusqu’au prochain été, leur amitié se construit à la vie à la mort. Un jour, pourtant, un terrible événement va signer la fin du bonheur pour la famille Sinclair.
En pleine introspection alors que sa vie bascule, Cadence, 18 ans, tente de de comprendre. Peu à peu, les parts d’ombres de son existence lui sautent au visage, le vernis se craquelle et laisse entrevoir la crasse…

L’inventivité de la romancière et les nombreux changements de genres sont pour beaucoup dans le caractère unique de ce roman coup de poing. On passe du récit initiatique au drame familial avant de basculer dans un thriller psychologique teinté de fantastique. L’ascension émotionnelle affleure chaque page et prend sans cesse le lecteur aux tripes. L’écriture d’E. Lockhart capte tout et fait surgir la beauté de ses héroïnes. Elle porte une attention aiguë aux reflets étincelants et aux émotions vives de leur jeunesse qui contrastent avec la retenue imposée par les aînés. Avec force et talent, l’auteure ne fait qu’une bouchée de ce décor artificiel, plonge sa plume dans de l’acide, fait tout voler en éclats, retourne les situations, gratte le vernis et nous révèle l’envers du décor. E. Lockhart signe un électrochoc littéraire envoûtant et extrêmement passionnant. Initialement destiné aux adolescents, ce texte nous prouve que les grandes histoires n’ont pas de limite d’âge !

One thought on “Roman Jeunesse (+14) : Nous les menteurs . E.Lockhart

  1. J’avais également beaucoup aimé ce roman qui n’a de “jeunesse” que l’étiquette marketing.
    Je ne sais pas si tu aimes lire en anglais, mais E. Lockhart a sorti un nouveau roman en mai dernier : Genuine Fraud. Je ne l’ai pas encore lu, il m’attend dans ma PAL.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *