Repose-toi sur moi . Serge Joncour

img_repose-toi-sur-moi

(Flammarion, 2016).

   

Roman ambigu, entre amour et solitude, tension nerveuse et désir charnel, Repose-toi sur moi est bien plus qu’une simple histoire de coeur. Avec finesse et sensibilité, Serge Joncour offre une variation épatante du thème mille fois rebattu des contraires qui s’attirent, passant avec aisance du récit romantique à la peinture sociale hyper-réaliste, le tout imprégné d’une tension grandissante qui tient en haleine. C’est sobre, intelligent et magnifique à la fois.

Ancien agriculteur reconverti dans le recouvrement de dette, Ludovic trouve difficilement sa place au cœur de l’agitation superficielle de la Capitale. Robuste comme un arbre, il dégage une force qui fascine. Mais derrière ce gabarit solide qui en impose, les fêlures du passé sont bien présentes et la sensibilité à fleur de peau. De la fenêtre de son deux pièces vétuste, il peut apercevoir les lumières du grand appartement rénové d’Aurore, jeune styliste bobo qui l’éclabousse de son arrogance parisienne lorsqu’ils se croisent devant les boites aux lettres. Pour la jeune femme, Ludovic incarne la brutalité, l’insolence et tout ce qu’elle pense détester. Il l’inquiète, cet homme. Il la trouble aussi. Il faut dire que sa perception des choses est un peu distordue en ce moment. Bousculée par la vie et constamment taraudée par la crainte de décevoir, Aurore est fragilisée et ses grands airs ne trompent plus grand monde. Cette cour arborée est a priori le seul point commun qui unit ces deux êtres que tout oppose, mais un curieux phénomène va forcer le destin à rompre l’apparente tranquillité de leur quotidien…

L’histoire commence doucement, le temps pour Serge Joncour d’installer un décor bien ancré dans la réalité sociale de notre pays. Puis les éléments s’enchainent, la tension monte. Tantôt sexuelle, tantôt nerveuse. Alors le récit ne cesse de surprendre. La routine n’est plus, seul l’amour compte. Et lorsque la réalité tente de rattraper les personnages, ils apportent des solutions radicales pour l’écarter…
Le talent de Serge Joncour se niche aussi bien dans la justesse du panorama social qu’il brosse que dans son écriture sensuelle et charnelle. Les attitudes, les expressions et les mouvements de ses personnages sont décrites avec une sensibilité rare. Les émotions et les craintes s’expriment de façon exacerbée. L’amour a le don de faire oublier les différences et suspend le temps dans un monde pourtant très lourd à supporter. Brûlante et inexpliquée, l’auteur parvient à nous décrire la passion amoureuse à la justesse du ressenti, sans guimauve ni eau de rose. C’était loin d’être évident.
Difficile de ne pas succomber au charme de ces deux personnages aussi ambigus qu’irrésistibles. Ludovic, inquiétant et charismatique, sème le trouble. Aurore, déstabilisée et hypersensible, surprend.
Ce roman nous interroge sur notre rapport à la vie, l’amour, le sexe, la famille, l’entraide, le deuil… Un roman puissant, ambitieux et certainement l’une des plus belles histoires d’amour qu’il m’a été donné de lire.

Accompagnement gustatif suggéré : Soupe de bons légumes cuisinés maison.
Accompagnement sonore suggéré : Piano.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *