Mercy, Mary, Patty . Lola Lafon

(Actes Sud, 2017).

   

Près de quarante-cinq ans après l’enlèvement de Patricia Hearst, l’affaire continue de fasciner. Lola Lafon revisite le fait divers dans un roman intéressant mais très confus. Si le propos est captivant, la structure romanesque aurait gagné à être beaucoup plus simple !

Pour son nouveau roman, Lola Lafon tisse une fiction autour de l’affaire Patricia Hearst, fille d’un richissime baron de la presse, qui fut kidnappée par un groupuscule d’extrême gauche et qui finit par embrasser la cause de ses ravisseurs. Comment une jeune fille de bonne famille peut-elle ainsi rejeter ses origines ? Pour beaucoup, la réponse est sans équivoque : on lui a lavé le cerveau. Lola Lafon entend bien déchirer ce voile officiel qui fige la jeune femme dans l’innocence et la fragilité. Elle introduit le doute dans son récit, restitue toute l’ambiguïté de Patricia Hearst.
Même si les événements sont exacts, il ne s’agit pas d’une biographie, mais bien d’un manifeste pour la liberté qui bouscule nos idées sur la radicalisation. Pour cela, Lola Lafon alterne documents d’archive et échanges purement fictifs entre une professeure universitaire au caractère bien trempé et une étudiante réservée. Au fur et à mesure que les deux femmes décortiquent les bandes sonores de la voix de Patty envoyées par ses ravisseurs, les interrogations se bousculent. La victime fragile que l’on pensait prise en tenaille se mue en jeune femme émancipée et le mystérieux groupuscule prend des airs de “robins des bois” lorsqu’ils réclament de la nourriture pour les pauvres comme rançon. Le propos de Lola Lafon crée la surprise. Il est pertinent mais à mon sens totalement desservi par une structure romanesque trop complexe. Les multiples mises en abîme et l’emploi de la deuxième personne m’ont constamment tenue à distance. Mais pourquoi avoir choisi un mode de narration aussi alambiqué ? Ma déception s’inscrivant en marge de nombreuses critiques élogieuses, je serai très curieuse de lire vos avis…

One thought on “Mercy, Mary, Patty . Lola Lafon

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *