Maman est en haut. Caroline Sers

img_maman-est-en-haut

(Buchet-chastel, 2016).

   

S’il fallait choisir un seul mot pour résumer l’ouvrage de Caroline Sers, ce serait agréable. Ce court roman bâti sur des dialogues omniprésents parle de la vie qui se dérobe et dresse un portrait attachant d’une famille contemporaine imparfaite et touchante dans sa volonté de rester unie malgré les divergences. Une sorte de huit-clos aux accents mélo, dont les grandes lignes et les rebondissements suivent le cadre bien rodé de la tragi-comédie familiale sans réellement parvenir à insuffler le petit zeste de piquant qui aurait relevé le récit. Le résultat n’en demeure pas moins sympathique et distrayant.

Cerise, la quarantaine bien entamée, mène une existence sans joie et sans surprise, enrôlée dans le rythme effréné de son quotidien de femme active, seule avec deux grands enfants. De toute évidence, sa mère fantasque et indomptable ne lui facilite pas la tâche. Son frère, quant à lui, prend régulièrement la fuite sans crier gare, laissant Cerise seule avec ses problèmes et ses nombreuses interrogations. Un événement insolite va pourtant réunir cette famille au bord de l’implosion…

Par petites touches et avec une pointe d’humour, Caroline Sers dresse le portrait de chacun des membres de la famille de Cerise, avec leurs fêlures et leur lot de vieilles rancœurs et de non-dits. Si l’originalité n’est pas le fort de l’auteure, la crédibilité lui tient en revanche à cœur. Des dialogues aux situations, tout sonne vrai. C’est bien agencé, bien mené mais un brin prévisible.
Entamer Maman est en haut sans illusion permet de prendre le plaisir là où il se trouve : dans la justesse et la simplicité d’une histoire contemporaine et dans des personnages attachants qui peuvent faire écho en chacun de nous.
Un roman qui se lit très vite et qui permet de passer un bon moment de lecture. Les comédies se font rares en cette rentrée littéraire empreinte de noirceur et elles n’en sont que plus précieuses et appréciables. Maman est en haut en fait partie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *