La tristesse des éléphants . Jodi Picoult

Traduit de l’anglais (États-unis) par Pierre Girard
(Actes sud, 2017).

   

Si vous emportiez dans votre sac de voyage un livre pour vous étonner ? Page-turner mêlant suspense, surnaturel, humour et documentaire animalier, La tristesse des éléphants est une fiction très efficace, parfaite pour remplir se rôle. Sans être un vrai coup de cœur, ce roman choral habilement construit et très documenté a su me tenir captive jusqu’à la dernière page. La place de choix réservée aux éléphants y est pour beaucoup…

Jenna, 13 ans et un caractère bien trempé, part sur les traces de sa mère Alice, disparue il y a dix ans dans des circonstances mystérieuses. Scientifique passionnée, Alice travaillait sur l’étude des émotions des éléphants au moment du drame. Armée d’une détermination sans faille et refusant de croire qu’elle a été abandonnée, Jenna réussit à convaincre une voyante qui ne voit plus rien et un inspecteur passablement alcoolique de l’aider dans sa quête…Ces deux êtres singuliers et franchement cabossés vont former une équipe improbable pour le moins atypique !

Jodi Picoult maîtrise son suspense, distille les indices au compte goutte et resserre l’étau autour de ses personnages. Jenna, Alice, Serenity et Virgil s’expriment chacun leur tour, dévoilant leurs failles, leur passé et leurs réflexions sur l’enquête. Alice nous fascine avec ses observations sur les éléphants. Le livre est une mine d’informations passionnantes sur leur intelligence cognitive et émotionnelle.
Cette quête identitaire construite comme une enquête saupoudrée de surnaturel est rondement menée. Jodi Picoult explore tous les genres littéraires avec une certaine aisance et nous émeut autant qu’elle nous incite à sourire. Pour moi, le problème est survenu quand l’enquête a basculé au cœur du paranormal. Les fantômes et les esprits ont eu raison de mon esprit trop rationnel. Néanmoins, je me suis laissée entraîner par les multiples surprises dont regorge le livre et j’ai finalement apprécié cette lecture.
L’écriture de Jodi Picoult manque un peu de charme et d’originalité pour totalement séduire, mais son roman vaut malgré tout le détour. Je le conseille vivement pour tout ceux qui souhaitent promener leurs yeux sur un roman touche-à-tout, chargé d’émotions diverses et de rebondissements en tout genre, jusqu’au dénouement totalement inattendu et déroutant ! Si vous êtes-vous prêts à croire à l’impossible, n’hésitez plus : ce roman sera le compagnon idéal de vos vacances.

2 thoughts on “La tristesse des éléphants . Jodi Picoult

  1. Roman acheté et que je dois mettre dans ma valise pour mon départ en vacance dès cette fin de semaine. Etant très rationnelle aussi j’ai un peur mais bon tant pis le reste de tes mots me disent de l’emporter

    1. Il me tarde de connaitre ton avis ! J’espère que le côté surnaturel ne t’empêchera pas d’apprécier les autres qualités du roman !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *