A la rencontre des éditions Gulf steam !

Paola Grieco
Directrice éditoriale des éditions 
GULF stream éditeur

(Nantes)

Installée à Nantes, Gulf Stream Éditeur est une maison d’édition indépendante qui publie de nombreux livres pour la jeunesse. Elle propose des ouvrages à la fois pédagogiques et ludiques pour un lectorat âgé de 3 à 15 ans… ou plus ! Des documentaires, des albums d’images et des romans pour voyager, découvrir et apprendre, étonner et satisfaire la curiosité des petits comme des grands croqueurs de livres. Paola Grieco, directrice éditoriale, nous ouvre les portes de Gulf Stream et répond à mes questions ! 😉

Paola, comment êtes-vous devenue éditrice ?
Après une formation d’historienne et un détour de quelques années par l’Education nationale, expérience qui s’est révélée très formatrice de par le contact permanent avec les préados et les ados, j’ai décidé de franchir le pas en 2006 et de reprendre mes études – un M2 d’édition à Angers, dans lequel je dispense maintenant quelques cours. Cela fait maintenant 10 ans que je suis éditrice chez Gulf Stream éditeur, maison d’édition pour la jeunesse installée à Nantes… patrie des p’tits Lu – une telle coïncidence lexicale, ça ne s’invente pas !



Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans ce métier ?
J’aime le rôle d’accompagnateur et de passeur qu’est celui de l’éditeur. J’aime entendre, au détour d’une proposition de texte, une voix personnelle, parfois un peu balbutiante. J’aime encourager et suivre un auteur ou un illustrateur, tout comme j’aime encourager les préados et les ados à la lecture. Et malgré les modes et l’évolution des pratiques de lecture, il y une dimension atemporelle dans ce métier que je trouve fascinante. Au début de ma carrière, j’ai été amenée à travailler brièvement avec un illustrateur donc j’admirais les dessins lorsque j’étais enfant… 20 ans auparavant ! J’aime ces clins d’œil du destin.



Comment choisissez-vous les manuscrits que vous éditez ?
Je ne vais pas être originale : l’intuition joue un rôle très important dans le choix. Mais il est vrai que l’intuition, qui est innée, se travaille malgré tout. Un éditeur, à mon sens, apprend sans cesse à lire et à apprécier. Bien sûr entre en compte aussi la fameuse ligne éditoriale, qui n’est cependant pas un critère absolu puisqu’il m’est arrivé, à plusieurs reprises, de créer une collection pour un texte que je ne pouvais pas laisser s’échapper.



Que se passe-t-il entre le moment où un manuscrit arrive chez vous et celui où il est publié ?
Tant d’échanges et d’étapes ! Une lecture éditoriale d’abord, puis une lecture de travail, une à deux corrections, puis toute la création graphique qui va soutenir l’ouvrage, et les choix de fabrication ; une séance d’argumentation auprès de la diffusion, et parfois le bonheur de présenter des ouvrages en avant-première à des libraires… C’est ainsi qu’est rythmée, chez nous, une année de travail sur un texte à paraître.


Que vous apporte votre partenariat avec la revue Page ?
Le plaisir de l’échange, et une visibilité de qualité.


Le numéro 184 de la revue PAGE des libraires est actuellement en kiosque. “Cet été laissez vous porter par vos libraires, ils vous ont concoctés des sélections à glisser dans votre valise”. Il y en a pour tous les goûts et tous les âges !




Un livre que vous nous conseillez…
Terrible question ! Allez, outre la carte de la qualité littéraire, je vais jouer la carte de l’actualité proche : Detroit, de Fabien Fernandez, dans la collection Electrogène, un cocktail de poésie et de violence, de réalité et de mythe urbain.
Découvrez le livre sur le site de l’éditeur en cliquant ici



Parlez-nous un peu de votre rentrée littéraire 2017…
Toujours dans la collection Electrogène, Celle qui venait des plaines, de Charlotte Bousquet, récit de la chevauchée sauvage, d’une beauté brute et implacable, de Winona, fille aînée du vent et de la lumière… Puis le stade 3 de l’épizootie provoquée par Jean-Baptiste de Panafieu, avec sa série pour ados, L’Eveil. Et aussi la suite des aventures d’Elliot, Tamara et Gédéon, auxquels l’imagination débordante de Carina Rozenfeld ne laisse aucun répit dans le deuxième tome de L’Héritier des Draconis, La Sculptrice de dragons…



Retrouvez les précédentes escales de mon tour de France des Libraires :
Aurélie Janssens, libraire à la librairie Page et Plume (Limoges)
Betty Duval-Hubert, libraire à la librairie La buissonnière (Yvetot)
Cécile Babois, libraire (spécialiste Jeunesse) à la librairie Le carnet à spirales (Charlieu)
Charlène Busalli Libraire à La Librairie du Tramway (Lyon)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *